[ENLUMINURE]. [LYON].

Donateurs en prière et Sainte Trinité

Miniature enluminée sur parchemin (provenant d’un registre de confrérie ?)

France, Lyon, vers 1511-1515

Attribué au « Maître de l’Entrée de François Ier à Lyon » [« Entry Master » (actif c. 1493-c.1517)]

Dimensions : 300 × 200 mm

English abstract

Donors in Prayer before the Holy Trinity

Illuminated miniature on parchment (from a Confraternity’s Register?)

France, Lyons, circa 1511-1515

Attributable to the « Master of the Entry of Francis I in Lyon » [« Entry Master » (active c. 1493-c.1517)]

 

Dimensions: 300 × 200 mm.

 This miniature contains heraldic evidence that points to the Faye Family: « D’argent à la bande d’azur chargé de 3 cols de licorne coupés d’or ». the donors represented are respectively Pierre Faye on the right and his wife and daughter on the left. Pierre Faye was « courrier de la confrérie de la Trinité de Lyon » in 1511.

The Entry Master was an artist active in Lyon, named after a manuscript depicting the Royal Entry of Francis I in Lyon in 1515 (Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Cod. Extr. 86, 4). A list of the manuscripts attributable to this artist can be found in Burin (2002) and the artist has been identified hypothetically to Jean Pingault, « escripvain et illumineur ». The miniature boast an illustrious local provenance and was once owned by the important curator Jean Tricou (1890-1977).   

Bibliography : M. Ray, « Une représentation lyonnaise de la Trinité au Musée Gadagne », in Bulletin des musées et monuments lyonnais, 2/2 (1961), pp. 360-362, fig. 2. - E. Burin, Manuscript Illumination in Lyons, 1473–1530, Turnhout, 2002, pp. 31-33 et pl. 146 ; notice cat. 88 : « Frontispiece leaf from a register (?) ».

Ce feuil­let nous livre les arm­oir­ies de la famille de Faye : « d’argent à la bande d’azur char­gé de 3 cols de licorne coupés d’or ». Les donateurs sont respect­ive­ment Pierre Faye sur la droite et sa femme et fille sur la gauche. Pierre Faye était « cour­ri­er de la con­frérie de la Trin­ité de Lyon » en 1511.

Le Maître de l’Entrée de François Ier à Lyon est un enlu­mineur actif à Lyon vers 1493 – 1517, nom­mé d’après l’exemplaire de la descrip­tion de l’entrée roy­ale en 1515 à Lyon, dans Wolfen­büt­tel, Herzog August Bib­lio­thek, Cod. Extr. 86, 4. Iden­ti­fié hypo­thétique­ment par E. Bur­in à Jean Pingault, un « escripvain et illu­mineur » char­gé de la pein­ture des décor­a­tions lors de l’entrée de François Ier à Lyon. E. Bur­in fournit dans son étude sur les manuscrits à pein­tures lyo­n­nais (2002) une liste des manuscrits attribu­ables à cette main et son atelier.

Proven­ance : 1. Famille de Faye : on dis­tingue les arm­oir­ies de la famille et sont représentés agen­ouillés et en prière le père Pierre Faye et sans doute sa femme et sa fille. – 2. Lyon, Archives de Char­ité (d’après la note tran­scrite ci-après). – 3. Jean Tricou (1890−1977), numis­mate et con­ser­vateur des médailles au Musée des Beaux-Arts de Lyon, avec une note dac­ty­lo­graph­iée contre­collée au dos : « J’ai acquis cette mini­ature en 1939 – 1940 chez Mademois­elle Aus­truy anti­quaire rue Gas­par­in. Elle ne porte aucune inscrip­tion au verso. Elle est du premi­er tiers du XVIe siècle […] Bien après mon acquis­i­tion, en 1945, je me suis aper­çu que la mini­ature était reproduite au cours de l’article d’Alexandre Poide­bard sur la Char­ité de Lyon dans Mar­tin, His­toire des églises et des chapelles de Lyon, tome I, 1908, p. 117. C’est l’abbé Mar­tin qui a du s’occuper de l’illustration. Il a men­tion­né sous la repro­duc­tion : « La Sainte Trin­ité bén­is­sant les bien­faiteurs, d’après une mini­ature aux Archives de la Char­ité ». A cette époque l’Aumône générale n’existait pas encore. Il ne peut donc s’agir d’un registre quel­conque de la Char­ité. Mais celle-ci con­serve des doc­u­ments de diverses proven­ances. Or, on ne trouve, ni cette mini­ature, ni aucun registre qui s’y rap­porte, dans l’inventaire très détaillé de Stey­ert et Rolle. Mr. Croze, archiv­iste hon­o­raire des Hos­pices, qui con­nait par­faite­ment son dépôt, m’a affirmé ne l’y avoir jamais vue. J’ai fait des recherches aux archives départe­mentales et à la bib­lio­thèque de la ville pour ret­rouver le registre d’où cette image pour­rait provenir. Elles n’ont don­né aucun résultat. Aus­si, et en attend­ant qu’on me prouve de quel recueil elle a été arrachée, je la con­serve pré­cieuse­ment ». [signé] J.T. [Jean Tricou].

Bib­li­o­graph­ie : M. Ray, « Une représent­a­tion lyo­n­naise de la Trin­ité au Musée Gadagne », in Bul­let­in des musées et monu­ments lyo­n­nais, 22 (1961), pp. 360 – 362, fig. 2. – E. Bur­in, Manu­script Illu­min­a­tion in Lyons, 1473 – 1530, Turnhout, 2002, pp. 31 – 33 et pl. 146 ; notice cat. 88 : « Frontis­piece leaf from a register (?)».