Attribuable à Neri da Rimini (actif de 1300 à 1338)

Initiale « D » historiée. Noé construisant l’arche ?

Fragment d’un antiphonaire ou graduel

Italie, Emilie-Romagne, Rimini, premier quart du XIVe siècle

Tempera et encres sur parchemin

Dimensions : initiale (130 × 115 mm), fragment (150 × 118 mm). (Sous encadrement).

English abstract

Historiated initial D. Noah building the ark (?)
Fragment of an antiphonary or gradual
Italy, Emilia-Romagna, Rimini, first quarter of the 14th century
Attributable to Neri da Rimini (active from 1300 to 1338).


Dimensions: 130 × 115 mm. Framed.


This miniature, albeit creased, is attributable to one of the first representatives of Gothic miniature painting in Italy and a follower of Giotto’s expressive style. The
body of the initial, with its palette light pink, orange and gray, set on a bright blue back-drop is typical of the style of Neri da Rimini (see Treasures of a Lost Art, 2003, pp. 15-19, including the two fragments kept at the Chester Beatty Library in Dublin).


It seems that this miniature, with its simpler  composition, belongs to the production of Neri close to a group of fragments dated 1310-15 by Robert Gibbs (in Neri da Rimini: il Trecento riminese tra pittura e scrittura, 1995 , pp. 124-31). There are numerous references in the miniatures attributable to Neri da Rimini to Giotto’s art.

Œuvre attribu­able à l’un des premi­ers représent­ants de la pein­ture mini­ature gothique en Italie et un suiveur du style expres­sif de Giotto.

Cette ini­tiale pose des problèmes d’identification quant au sujet représenté. La fig­ure mas­cu­line nim­bée tient une planche de bois et une sorte de hache. Un ange se penche vers lui. S’agirait-il de Noé con­stru­is­ant l’arche ? Le trav­ail du bois peut néan­moins égale­ment faire penser au méti­er de char­pen­ti­er, qui, dans la Bible, ren­voie à Joseph et saint Math­i­as, saint pat­ron des charpentiers.

Le corps de l’initiale, avec sa palette de roses, rouges et gris, situé dans un car­ré bleu à bords con­caves avec une décor­a­tion en fili­grane blanc est typique de la décor­a­tion de Neri da Rimini (actif de 1300 à 1338) à cette époque (voir Treas­ures of a Lost Art, 2003, pp. 15 – 19), y com­pris les deux frag­ments con­ser­vés à la Chester Beatty Lib­rary de Dub­lin. Neri est large­ment influ­encé par l’enluminure bolon­aise dans ses élé­ments décoratifs.

La première œuvre con­nue de l’enlumineur émi­li­en est un Christ en majesté con­ser­vée dans la col­lec­tion Cini à Ven­ise (inv. 2030), signée et datée de 1300. Gaud­enz Freuler a récem­ment lié le feuil­let Cini à un cer­tain nombre d’autres feuil­lets et ini­tiales attribués à Neri (G. Freuler, Mini­atures itali­ennes du XIIe au XVIe siècle, Mil­an, 2013, pp. 214 – 227), mais il semble que cette mini­ature, avec sa com­pos­i­tion plus simple, appar­tient à la pro­duc­tion tar­dive de Neri, plus étroite­ment asso­ciée au groupe de frag­ments datés de 1310 – 15 par Robert Gibbs (dans Neri da Rimini : il Tre­cento riminese tra pit­tura e scrit­tura, 1995, pp. 124 – 31).

L’artiste de cette ini­tiale peut être rap­proché d’un peintre ombri­en qui réal­ise un cer­tain nombre d’initiales dont celle décrite dans le cata­logue de la fond­a­tion Cini (2001, fig. 57, p. 214) représent­ant Dieu le Père et Dav­id, dat­able vers 1290 et dont la main est recon­nue aus­si dans une série de la col­lec­tion Zeileis à Raur­is. Cet artiste a pu aus­si être asso­cié à Bologne (Hind­man, 2005, pp. 42 – 43).

Il nous semble aus­si oppor­tun de rap­procher la présente mini­ature d’un autre peintre bolon­ais, dit le « Maître de la Bible de Gérone », artiste et atelier respons­able d’une série de livres de chœur dont l’un est con­ser­vé à la Lilly Lib­rary (Rick­etts 86), à Los Angeles, J. Paul Getty Museum (MS Lud­wig VI :6) et Lon­dres, BL, Add. MS 30084. Cet artiste bolon­ais fut nom­mé d’après une Bible con­ser­vée à Gérone, Bib­li­oteca cap­it­olare, MS 10 (dat­able vers 1285 – 1290).

Texte : en lat­in, écrit­ure gothique litur­gique. Au verso, nota­tion musicale car­rée sur des portées de quatre lignes tracées en rouge et « […] uga us […] ».

État : ini­tiale légère­ment tron­quée sur le côté gauche, pli­ure au centre de l’initiale, petit manque de pein­ture ; au verso, reste de papi­er contre­collé suite à un encol­lage ancien.

Bib­li­o­graph­ie : Andrea Emiliani, Neri da Rimini. Il Tre­cento riminese tra pit­tura e scrip­tura, Mil­an, Electa, 1995 ; Ulrico Agnati (a cura di), La Fondazione Gior­gio Cini : cinquant’anni di stor­ia, Mil­ano, Electa, 2001 ; Pia Pal­ladino, Treas­ures of a Lost Art. Itali­an Manu­script Paint­ing of the Middle Ages and Renais­sance, New York, 2003, nos 5a, b, c, pp. 15 – 19 ; S. Hind­man, Haut en couleur. La couleur dans l’enluminure du Moy­en âge et de la Renais­sance, cata­logue d’exposition Les Enlu­min­ures, Par­is, 2005.