"Montferrand, vous vous êtes immortalisé ! Montferrand, vous avez immortalisé votre nom !"

Tsar Alexandre Ier lors de l’inauguration de la Colonne Alexandrine à St-Peterbourg.

RICARD DIT DE MONTFERRAND Auguste (1786-1858)

Collection de tombeaux, sarcophages, pierres tombales, urnes, funéraires, caveaux, obélisques, pyramides, colonnes, exécutées par Schwind marbrier – sculpteur du cimetière de l’ouest

Dessins aquarellés sur papier

S.l.n.d. (sans doute Paris, premier quart du XIXe siècle).

Petit in-4, garde + 28 dessins aquarellés interfoliées de papier blanc (no. 12 non relié) + 7 calques (nos. 1-7) + 15 ff. blancs + 1 calque (no. 8) + 32 ff. blancs; titre à l’encre et au lavis; filet à l’encre brune en encadrement des dessins; monogramme AM se trouve dans les dessins no. 4, 5, 6, 7, 8, 9, 11, 13, 16, 19, 20, 21, 23, 24, 26 (avec signature au long « Auguste de Montferrand », no. 27, 28); monogramme LV (non identifié) au dessin no. 12 (dessin non relié) ; des chiffres au crayon (en francs ? mesures ?) se trouvent à divers endroits sur les monuments, correspondant aux différents coûts (?); une note sur le feuillet qui suit le calque no. 4 : « 400 f. sans couronne ». Reliure de cuir de Russie vert foncé, dos lisse, trace de fermoirs (manquants), soufflets contenant des notes et papiers divers (XIXe et XXe s. dont notes biographiques et liste des dessins contenus dans le recueil). (Reliure un peu frottée, coins émoussés). Dimensions : 198 × 149 mm.

English abstract

RICARD DIT DE MONTFERRAND (Auguste).
Collection of tombs, sarcophagi, tombstones, urns, funerals, vaults, obelisks, pyramids, columns, executed by Schwind marble maker - sculptor of the “cimetière
de l’ouest”

28 watercolor drawings on paper and 8 drawings on tracing paper


France, probably Paris, first quarter of the 19th century
Bound in dark green long grain morocco. Dimensions: 198 × 149 mm.


Auguste Ricard de Montferrand (1786-1858) was a French architect exiled in Russia.
Most of his career was conducted there and he is the famed architect of Saint-Isaac, cathedral of Saint-Petersburg (1819-1848), as well as the Colonne Alexandrine (1836). The present collection of 28 watercolors was likely painted before he leaves
for Russia in 1816: 17 are monogramed AM or signed “Auguste de Monferrand.”


His projected tombs and sarcophagi are set in poetic and phantasmagoric settings, some dedicated to living people, others invented. One of the drawings shows his projected own tomb, with his coat of arms and his sole first name “Auguste”.
Although he died in Russia, Auguste de Montferrand in buried in the Cimetière Montmartre, in Paris.

Très rare recueil de dess­ins de stèles et monu­ments fun­éraires, dont cer­tains furent réal­isés. Sens­ible à ce domaine archi­tec­tur­al, Ricard de Mont­fer­rand, pro­pose, vérit­ables exer­cices de style, ces ultimes demeures dans des pays­ages et décors poético-fantasmagoriques.

Sans doute réal­isé avant son départ en Russie 1816, la page de titre manuscrite sug­gère que ces fantais­ies archi­tec­turales pour l’au-delà étaient con­fiées pour leur réal­isa­tion à « Schwind, mar­bri­er-sculpteur du cimetière de l’ouest ». Pour le cimetière du Père Lachaise, ce derni­er réal­isera le monu­ment du maréchal de Gou­vi­on St-Cyr, exécuté d’après les dess­ins de Dav­id d’Angers.

Auguste Ricard de Mont­fer­rand, né à Chail­lot en 1786 d’une famille d’origine auverg­nate et mort à Saint-Peters­bourg en 1858, se forma à l’architecture sous la dir­ec­tion de Per­ci­er et Fon­taine. Il quitte la France en 1816 pour trav­ailler en Russie où sa car­rière doit beau­c­oup aux familles prin­cières. A Saint-Peters­bourg, on lui doit un chef d’œuvre, celui de la cathéd­rale Saint-Isaac (chanti­er 1819 – 1848) et la colonne dite Alex­an­drine (1836), inspirée de la colonne Tra­jan, à Rome. On con­serve de lui deux autres recueils de dess­ins aquarellés, l’un intit­ulé Plans et descrip­tion de la Colonne Alex­an­drine (Par­is, BnF) et l’autre Notice his­torique sur la cathéd­rale Saint-Isaac (Par­is, BnF).

Il est intéress­ant de relever le nom de cer­tains des élus/​trépassés dont Ricard de Mont­fer­rand ima­gine le monu­ment fun­éraire. Ain­si, Jean Bap­tiste Cicéron Lesueur, avec lequel il fut con­dis­ciple sous la dir­ec­tion de Per­ci­er et Fon­taine, se voit « pro­posé » une stèle (fol. 3) port­ant la men­tion : « Né le 28e 178.., mort le 11 septembre 1869, archi­tecte de mérite, il emporte le regret de ses camarades… » (fol. 3). Il est amusant de con­stater l’humour macabre et potache de Ricard de Mont­fer­rand qui enterre son ami Jean-Bap­tiste Lesueur (1794−1883) en 1869 alors que celui-ci quitte ce monde en 1883. Mont­fer­rand puise donc dans ses con­nais­sances et amitiés pour créer des morts fict­ives pour des stèles ima­ginées et fant­as­mées. Par ail­leurs, il procède vraisemble­ment de même pour la stèle dédiée à une comtesse de Santa Cruz (peut-être Maria de la Mer­cedes de Santa Cruz y Mont­alvo (1789−1852), mémori­al­iste et aris­to­crate cubaine qui tenait un salon par­is­i­en. Mais il est avéré qu’il signe le monu­ment d’Augustin de Betan­court (mort en 1824), ingénieur, dont il fut l’ami, situé dans le cimetière Starolaz­ar­ev­skoé à Saint-Peters­bourg (voir Chouïski, 2005, p. 118). Mal­gré sa patrie d’élection où il décède, Ricard de Mont­fer­rand sera inhumé au cimetière Mont­martre auprès de sa mère (40, chemin des Gardes). Cette dernière stèle (fol. 26) est sur­montée de ses arm­oir­ies et gravé du seul nom « Auguste » (voir Chouïski, 2005, p. 119).

BIB­LI­O­GRAPH­IE : Bauchal, C. Nou­veau dictionnaire…des archi­tect­es français, Par­is, 1887, pp. 638 – 639. – Lance, A. Dic­tion­naire des archi­tect­es français, t. II, pp. 148 – 149. – Chouïski, V. Auguste Mont­fer­rand. His­toire de sa vie et de son œuvre, Saint-Peters­bourg, 2005. – [Expos­i­tion]. Auguste Ricard de Mont­fer­rand (1786−1858). Un archi­tecte français à Saint-Peters­bourg. Expos­i­tion du 15 juin au 29 aout 2009, Cler­mont-Fer­rand, 2009 : voir en par­ticuli­er le chapitre 3. 5. « Les monu­ments fun­éraires », pp. 118 – 119. – Sur Schwind, mar­bri­er, voir Marchant de Beau­mont, Manuel et itinéraire du curieux dans le cimetière du Père La Chaise… (Par­is, 1828), p. 51.